Profil biologique du sportif

Introduit en France en 2014, le profil biologique du sportif (PBS), nommé “passeport biologique de l’athlète” au niveau international, a vocation à recenser l’ensemble des résultats des contrôles antidopage passés par le sportif pour vérifier le caractère physiologique des variations de paramètres biologiques sélectionnés.

La détection indirecte

Effectuées dans la section Biologie du laboratoire de l’AFLD, les analyses du PBS ne recherchent pas de traces de substances dopantes mais détectent les effets de l’usage de substances interdites. Le but est de déceler des violations de la réglementation antidopage en mesurant des variations anormales des paramètres biologiques d’un athlète.

La répétition de ces analyses sur un même athlète tout au long de sa carrière sportive permet d’exercer une surveillance de plus en plus performante au fil des analyses.

En cas de détection de variations anormales des marqueurs biologiques du sportif, et après confirmation de la relation avec des substances interdites, le PBS peut être utilisé comme outil de sanctions.

Fonctionnement

L’Unité de gestion du passeport biologique du sportif (UGPBS) interne à l’Agence contribue à la définition des stratégies de contrôles grâce à l’interprétation des profils hématologiques et stéroïdiens des sportifs. Le profil biologique du sportif est défini à partir des trois modules suivants :

 Module hématologique

Module stéroïdien

Module endocrinien

Intégré au PBS le 1er janvier 2014

Intégré au PBS le 1er janvier 2014

En cours de développement

Analyse des paramètres sanguins
Matrice d’étude : sang
Profils stéroïdiens (mesure du T/E et des principaux métabolites de la testostérone)
Matrice d’étude: urine
Dosage hormonaux (facteurs de croissance)
Matrice d’étude : sang
Ce module vise à détecter les méthodes d’amélioration du transport de l’oxygène, y compris le recours aux agents stimulants de l’érythropoïèse et toutes les formes de transfusion ou de manipulation sanguine.
Ce module vise à détecter les stéroïdes anabolisants androgènes endogènes non produits par l’organisme du sportif, ainsi que tous les autres agents anabolisants.
Ce module vise à détecter l’abus de facteurs de croissance et principalement l’usage d’hormone de croissance (GH).